Jardin de plaine en Provence

Au coeur des vergers, délimité par des enfilades de cyprès, le jardin se déploie à l'abri du vent. La plaine à usage agricole a été métamorphosée en jardin fascinant où règnent ordre et fantaisie.

« Un jeu subtil de perspectives anime le lieu »...

Déjà dans l'axe de l'allée d'entrée se profilent les tracés rectilignes du Labyrinthe en buis, rehaussé par La Bambouseraie en toile de fond.

La Cour Nord leur fait écho : elle arbore un beau néflier du Japon existant, serti d'un tapis ondulant de Lonicera nitida et de graminées pourpres.

Ouvrant vers les Jardins du Sud, deux cyprès plantent le décor, soutenus d'une ligne de lauriers-roses en pots. Dans l'axe se dessinent Les Carrés Bleus ; quatre espaces formels, sculptés dans le laurier-tin et ponctués d'oliviers sur tige.

A leurs pieds, plantée serrée, un brin folle, une broderie de lavandes, pérovskias et asters bleus.

Jouxtée d'une terrasse en bois, la maison tout en transparence ouvre sur deux perspectives matérialisées par deux treilles enlacées de glycines bleue et blanche qui guident le regard sur le long bassin d'eau entouré de gazon.

Un cheminement à travers la haie de cyprès introduit au Jardin de la Méditation ; un gazebo posé sur pilotis, un plan d'eau parsemé de papyrus et nénuphars, un minuscule Jardin Zen, un jacuzzi et... le silence.

Agencé en parcelles, le potager côtoie une petite serre habillée de verre et de bois, où pélargoniums odorants et agrumes sont abrités par temps froid. Bien dans l'esprit du lieu, le verger décline une collection impressionnante de fruitiers.

Le Bois Rouge s'allie aux Champs, une étendue d'oliviers et d'amandiers mis en diagonale. Au centre, une énorme boule en pierre entourée de narcisses ; en compagnie des amandiers, ils fêtent le printemps.

Ici, le jardin s'affirme comme transition harmonieuse ; le dessin paysager se fond avec le décor naturel.